Rechercher
  • Cerbere

COUPE DU MONDE FÉMININE 2019 : LE RÊVE N'EST PAS TERMINE !

Les bleues ont été éliminées ce vendredi 28 juin face à l’équipe surpuissante des États-Unis. Malgré une bonne possession de balle et une domination sur le terrain, les occasions nombreuses n’ont pas permis de prendre le dessus sur ce match. Manque de communication et de collectif malgré une très belle cohésion d’équipe ont eu raison de leur rêve. Corinne Diacre reste, elle, à la tête de cette équipe pour les compétitions à venir.



Amandine Henry lors des quarts de finale face aux États-Unis au Parc Des Princes le 28 juin 2019.

Le défi est maintenant de battre le fer tant qu’il est chaud et de faire naître l’envie chez les filles et femmes de jouer au foot elles aussi. Une génération de grandes footballeuses françaises comme Eugénie Le Sommer, Amandine Henry, ou encore Wendy Renard va s’éteindre et nous avons besoin que la relève suive !

Il y a déjà de belles joueuses à suivre comme Kadidiatou Diani, impressionnante sur tous les matchs et Marie Antoinette Katoto, meilleure buteuse du championnat, et étonnamment non sélectionnée pour cette coupe du monde. Joueuse au PSG, elle a déjà une belle carrière à 20 ans, et aurait peut-être pu être notre Kylian Mbappé féminine. On ne le saura malheureusement jamais !

Au-delà de leur élimination, on retiendra cette coupe du monde à domicile pour l’engouement porté au foot féminin, du jamais vu auparavant !


10 millions de téléspectateurs pour les Bleues !


Cette coupe aura permis de révéler la qualité du foot féminin et de mettre les joueuses en avant. Il est possible pour les femmes de faire carrière dans le foot, comme dans tout autre pratique sportive. C’est le message le plus important à retenir : c’est POSSIBLE ! Il est également inutile de continuer à comparer le foot féminin au masculin, ce clivage commence à être dépassé. Nous ne sommes pas condamnées à être comparées à nos homologues masculins dans tous les domaines simplement parce que les hommes étaient là avant, et ont fait leurs preuves de manière publique avant les femmes.

Notamment puisque le manque de visibilité et le manque d’adhésion de jeunes filles en club sont liées à notre histoire de domination masculine. Laissez-nous jouer, laissez-nous expérimenter, laissez-nous vivre nos vies et notre sport sans nous ramener à chaque fois à notre « prétendue » moins bonne force physique, notre « prétendue » meilleur fair play et honnêteté dans le jeu. Cela revient à considérer encore aujourd’hui que les caractéristiques féminines sont la douceur, la délicatesse, la justesse morale.

Finalement, cette coupe du monde aura été éminemment politique, ce qui n’est pas étonnant. J’en suis très heureuse car la France a découvert des joueuses techniques, qui se cherchent encore dans la construction du jeu. C’est à vous maintenant de continuer à faire vivre ce rêve en jouant, en donnant plus de visibilité aux championnats féminins et si vous avez envie, adhérez à un club !

Les prochains rendez-vous de la coupe du monde sont les demi-finales :

Mardi 2 juillet : Anglettere / États-Unis (21h)

Mercredi 3 juillet : Pays-Bas / Suède (21h)

Pour aller plus loin c'est ICI

Pour ceux qui souhaitent soutenir une autre équipe nationale française, il y a en ce moment le championnat d’Europe féminin de basket-ball et les françaises sont à deux doigts d’atteindre les quarts ! à lire sur L’Union ICI

61 vues