Rechercher
  • Cerbere

La Big Bertha : Féminine, drôle et BIG !

Cerbere a pu s'entretenir avec La Big Bertha à l'occasion du mois des fiertés.

Nous sommes ravis de vous présenter ce personnage haut en couleurs, pleins d'humour, véhiculant à travers ces représentations des messages positifs et importants, notamment sur l'acceptation de soi.




On imagine que tu es mec le jour et drag-queen la nuit. Comment tu t’organises ? 

Vous imaginez bien ... ou presque. Il m’arrive de faire du ”drag by day”. Je ne suis pas qu’une créature de la nuit. Je ne réserve pas mon art uniquement aux gens de la nuit ! En terme d’organisation: ce n’est qu’une question de logistique. 


Tu as quel âge ?

Si je partage une seule chose avec le Christ, c’est bien ça ! 

Comment fonctionne le « milieu » drags, comment ça s’organise ?

Je ne pense pas ”appartenir au milieu” drag. Et ce milieu n’est qu’une question de rencontres artistiques. Je ne m’entoure que des gens qui m’inspirent et j’aime à découvrir de nouveaux performers ou en suivre certains dans l’évolution de leurs arts. Et il n’y a pas de ”mode d’emploi du milieu”. Enfin s’il y en a un, j’en ai bien rien à foutre !


Lorsque tu es en drag, j’imagine que tu attires plus les regards. 

1m98 120 kilos ça passe inaperçu non ?


Pour autant, te sens-tu plus « toi » lorsque tu es en drag ? C’est un besoin ou une nécessité ?

C’est juste une extension de moi. Sans mon ”moi” Bertha n’existerait pas. Et vice versa. L’un doit se nourrir de l’autre donc il est important que je me sente en phase avec les deux. Un besoin ou une nécessité ? Je dirai une drogue ... une ”douce” drogue !


Tu n’as jamais été confrontée à des réactions violentes de la part des gens? 

Quand tu sors de la ”norme” avec conviction tu vas forcément être confronté  à des réactions positives ou négatives. C’est le ”Part of the game”. Faire plaisir, faire rire, émouvoir et faire grincer des dents : ça m’excite ! 


Ça t’est arrivé de te faire agresser physiquement ou verbalement?

Plusieurs fois. Comme quoi nous avons encore beaucoup de travail à faire. Nous en sommes à la première étape: nous avons gagné en visibilité grâce à de nombreux médias. Désormais nous devons faire accepter notre travail, notre art et surtout le faire connaître. Je songe à bientôt poster systématiquement les messages de ”haters” que je reçois en mettant bien en avant le compte de ces personnes. Une violence verbale qui va très loin quelques fois. Plus brutale que la violence physique. Nous devons réagir.


Quand la soirée se termine, tu ressens le besoin de redevenir un mec ”bien sous tous rapports” ?

”Bien sous tous rapports” ? Ça correspond à quoi ? Bien sous tous rapports ? Quel rapports ? Etre bien sous tous rapports ? Quand je suis en drag je ne me sens ”pas mal” sous tous rapports. ”Sous tout rapport” fait appel à la normalité. Et c’est bien ÇA le diesel de mon art : lutter contre cette normalité. Donc non je ne suis pas ”bien” ou ”pas bien” sous tous rapports en moi ou en Bertha. Point final. 


Comment as-tu commencé ?

J’ai commencé le théâtre à l’âge de 6 ans et petit mon rêve était de travailler soit dans le milieu du cirque soit dans le cabaret. Puis j’ai petit à petit découvert le milieu du cabaret, des transformistes, des drags queens. Puis on commence à se ”grimer” pour une soirée, puis deux ... et la machine se lance. Et tout est une question de rencontre: du milieu du théâtre ou du cabaret. Mes deux dernières rencontres furent décisives : Cherry Lylu Darling et Charly Broutille qui m’ont mis le pied à l’étrier du burlesque il y a 4 ans. Et depuis je suis fier d’être ”draglesque” (drag queen qui s’effeuille).





Pourrais-tu m’expliquer précisément la différence entre être travesti et être drag ?

Grand débat. Pour moi un travesti c’est une personne qui incarne ou se sent femme que ce soit dans la vie comme sur scène. Une drag queen est plus une créature qui utilise les codes féminins pour créer son personnage. Tout y est dans l’exagération du trait de la forme etc. Mais aujourd’hui ces dénominations deviennent obsolètes car la frontière est très mince entre art de vivre et art de scène. 


Ta famille est-elle au courant que tu fais du drag. Si non, penses-tu leur dire, un jour ?

Ma famille est totalement au courant et j’ai la chance d’être à 100% soutenu dans mon art. J’ai une chance incommensurable.


Qu’évoque la notion de liberté chez toi ?

Et vous avez 4 heures ... (rires). J’ai l’impression de repasser mon bac de philo. La notion de liberté : être libre d’exprimer ce que l’on souhaite, être libre d’être qui l’on veut, être libre de faire ce que l’on veut. 


Est-il facile d’être un Drag Queen aujourd’hui en France ?

Les ”anciennes” ont ouvert la voie comme Vanina ou les autres. RuPaul a permis de démocratiser cet art auprès d’un très large public. On voit de nos jours un nombre incalculable de nouvelles babys drags, ce qui est magique car tout ce beau monde apporte une pierre à son édifice. Des inspirations et des styles très différents. Ce qui est bien car il y a quand même une émergence de ”codes” dans le milieu: il faut se shaper (mettre des mousses pour exagérer ses formes) il faut être ”polished”... Je m’en contre fiche du quoi faire donc restons libre dans notre art et présentons notre plus beau majeur à cette ”codification”. 


Que dirais-tu au petit garçon que tu étais avant ?

Emmerde le monde tu pourras peut-être le faire bouger.





Comment t'es-tu rendu utile durant ce mois des fiertés ?

Je ne me rend pas utile uniquement lors du mois des fiertés. C’est tout au long de l’année que j’aime à porter mes messages sur scène. Mes numéros d’effeuillage font écho à de nombreux sujets : le code, le genre, le body shaming, la religion ... le tout avec une grosse dose d’humour pour faire accepter ces différences. 


Faut-il être obligatoirement gay pour faire du Drag ?

Faut-il être un homme pour être plombier ? Je pense que vous avez la réponse !



Si vous souhaitez découvrir les numéros de la Big Bertha, voici son actualité :

- Juillet 2019

Le 32 - Cabaret des Curiosités, au Théâtre des Brunes, Festival d’Avignon.


- Août 2019

Cabaret Mademoiselle à Bruxelles.


- Novembre 2019

La Bertha’s Fantasia - Mad Cirkus Edition au Nouveau Casino, Paris.

16 vues